Digital for all now

#Agriculture : des wearables au cou des vaches !

Econocom 5 Déc 2016

Un wearable pour révolutionner l’industrie laitière ? Et pourquoi pas ! C’est en Inde qu’est née cette idée. Pas question, bien sûr de faire porter une Apple Watch à une charolaise. La start-up Stellapps Technologies utilise des wearables et des capteurs IoT intégrés aux dispositifs de traite pour recueillir des données qui sont analysées par la suite. Objectif ?  Monitorer la production au plus près et répondre au défaut d’expertise qui touche certaines régions du pays. Explications avec The Economic Times (India).

 

Ainsi, alors que les wearables (« technologies portables ») ont déjà investi le retail, la santé ou même l’automobile, c’est aujourd’hui dans le secteur agricole que l’on entend parler d’eux. Si l’idée d’une agriculture connectée n’est pas nouvelle (beaucoup d’animaux sont déjà équipés de GPS ou même de podomètres), le projet de Stellapps Technologies a cependant une ambition assez inédite, puisqu’il s’inscrit dans une démarche plus globale de transformation de la filière laitière. En effet, alors que l’Inde est le plus gros consommateur de lait au monde, ses techniques de production sont aujourd’hui dépassées.

 

 

« Keep calm & Moo »

 

Le projet de la start-up s’articule autour de SmartMoo. Ce routeur et contrôleur d’IoT collecte des données grâce aux capteurs disséminés tout au long de la chaîne de production et d’approvisionnement : les fameux wearables dont sont équipés les vaches mais aussi des capteurs sur les systèmes de traite ou les équipements de refroidissement. Ces datas font ensuite l’objet d’un traitement analytique qui sera partagé avec les acteurs concernés, agriculteurs notamment.

 

« Nous avons découvert que l’agriculture faisait face à un besoin criant de contrôle à distance, et qu’il est parfois difficile d’obtenir une expertise dans les fermes », explique Ranjith Mukundan, CEO de la jeune pousse. La collecte et l’analyse des datas permettent d’apporter les outils de compréhension nécessaires à tous les acteurs de la filière. Et, avec de coûts de hardware réduits, la technologie proposée par la start-up reste abordable et peut être utilisée par des exploitations de toutes tailles.

 

C’est sans aucun doute sa force d’innovation qui a permis à Stellapps de se différencier de ses concurrents et de tripler de volume en un an. Prochaine étape ? Elargir l’activité à d’autres marchés émergents, comme l’Afrique, l’Asie du Sud ou l’Amérique latine mais aussi, pourquoi pas s’attaquer à l’Europe ou aux Etats-Unis. Du digital for all, now & everywhere !

 

-> Lire l’article en intégralité.

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !