Digital for all now

Au Royaume-Uni, le Quantified Self pour rationaliser la santé

ECONOCOM 21 Nov 2014

Au Royaume-Uni, les professionnels de santé lancent un grand appel au « digital for all now ». Des dépenses au suivi des patients, « les nouvelles technologies sont fondamentales pour répondre aux défis qui se présentent à nous » affirme Tim Kelsey, du National Health Service (NHS), le système de santé public britannique. De fait, le département doit combler une dette de plus de 37 milliards d’euros par an.

 

« Nous sommes encore dépendants d’ordinateurs portables et de papiers. La NHS utilise plus de fax que l’ensemble du reste de l’industrie britannique réunie, explique Dominic King, chirurgien et spécialiste de l’économie comportementale à l’Imperial College de Londres. La santé digitalisée est l’idée que nous utilisions des téléphones portables ou des tablettes pour rendre les soins plus effectifs et limiter les coûts. »

 

Et Tim Kelsey d’ajouter : « La question, c’est de véritablement pouvoir sauver des vies »

 

Diagnostics plus précis et suivi personnalisé

 

Pour flexibiliser le système et être plus performants, les experts préconisent d’autonomiser les patients via des objets connectés de Quantified Self, capables d’enregistrer des données précises sur leur état et d’assurer un meilleur suivi à distance par les professionnels.

 

« Il existe de multiples services en ligne qui permettent aux patients de mesurer leur diabète sans avoir à aller à l’hôpital » témoigne Dominic King.

 

Taux de sucre dans le sang, rythme cardiaque ou encore cholestérol, la mise en données des patients promet donc précision des diagnostics, médecine personnalisée et réduction des frais inutiles. Faut-il encore être suffisamment bien équipé pour permettre ce suivi à distance.

 

Autre problématique majeure : la sécurité des données de santé enregistrées.

 

Pour Bleddyn Rees, avocat spécialiste de la santé au cabinet Wragge Lawrence Graham :

« L’une des raisons pour laquelle le milieu de la santé est encore réticent au ‘Bring your own device’ (BYOD) est le contrôle des données. Les professionnels ne sont pas encore suffisamment rassurés. »

 

Une étape essentielle donc, pour établir une certaine confiance dans les nouvelles technologies, révéler tout leur potentiel dans le domaine médical et faire du digital un nouveau crédo dans les hôpitaux.

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !