Digital for all now

Big Data pour Big PME : mode d’emploi

Econocom 12 Mar 2015

Près de 5 000 visiteurs se sont donné rendez-vous à La Défense, à Paris, pour la 4ème édition de Big Data Paris, un évènement majeur pour un marché en pleine expansion. Loin d’être réservé aux grands comptes, le Big Data intéresse les PME qui peuvent, elles aussi, optimiser leurs performances grâce à l’analyse d’importants volumes de données.

 

Il y a quelques années encore, Big Data était une expression que l’on entendait uniquement dans la bouche de mathématiciens issus des services de technologie de l’information des grandes entreprises. Aujourd’hui, la révolution Big Data touche toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. En effet, l’émergence de solutions polyvalentes, abordables et faciles à déployer a permis de démocratiser la collecte et l’analyse de gros volumes de données dans les PME. L’enjeu ? Accéder, visualiser, stocker et exploiter simplement et rapidement des données, structurées (bases de données clients ou produits) ou non (images, sons, vidéos…), pour en extraire des informations, donc une valeur, stratégiques. Cela peut prendre la forme d’outils de reporting, de tableaux de bords ou encore d’analyses multidimensionnelles.

 

Quand les PME boostent leurs résultats avec le Big Data

L’analyse de données permet d’améliorer la productivité et de créer de nouvelles opportunités – ce qu’aucune entreprise ne négligerait dans le climat économique actuel, pour le moins volatile :

 

Dans le commerce, le Big Data permet de connaître et comprendre les préférences et habitudes d’achat des clients en analysant le parcours client, le contenu des paniers d’achat, les transactions…  Objectif : « faire naître l’amour » (en d’autres termes : booster les ventes), et fidéliser.

 

Dans le domaine de la santé, l’efficacité de l’organisation interne peut être monitorée et les diagnostics affinés grâce à l’examen des différentes data relatives aux patients.

 

Dans la finance, l’analyse de données aide à avoir une vision plus claire des risques encourus sur le marché et d’effectuer un suivi détaillé des pertes et profits

 

Entamée depuis plusieurs mois déjà, la démocratisation du Big Data est devenue un facteur de croissance déterminant et ce, dans tous les secteurs d’activité.

 

Vers une meilleure gestion des données ?

Mais dans les PME, un frein doit être levé : le Big Data y est encore souvent perçu comme générateur de coûts supplémentaires plutôt que comme un investissement. Pourtant, à l’heure où les sources de données se multiplient, les petites et moyennes entreprises peuvent aujourd’hui s’appuyer sur des outils d’analyse de flux de data tout-à-fait accessibles, ainsi que sur des solutions adaptées à leurs problématiques spécifiques.

 

La formation des équipes au Big Data est évidemment un prérequis essentiel. Mais il est aussi nécessaire de casser les silos de l’entreprise et de faire évoluer l’organisation pour favoriser une « remise en cause permanente », comme le préconise Abed Ajraou, directeur BI de Solocal : d’une organisation centrée sur les métiers ou les technologies vers une organisation par données ou par « service rendu ».

 

Côté outils, de nombreux prestataires se basent sur le cloud pour déployer des plateformes flexibles dont l’utilisation ne nécessite aucune compétence technique poussée. Concrètement, il s’agit d’installer une infrastructure qui permet de traiter les données, quelles qu’elles soient, puis d’ajouter une couche de business intelligence, c’est-à-dire des algorithmes d’analyse, pour en sortir une signification.

 

C’est là que réside le défi du Big Data : s’il est facile de se noyer dans cet océan de données, définir quels indicateurs permettront de dégager de la valeur ajoutée devient un véritable enjeu stratégique. Un fort levier de distinction d’une offre, et d’accélération dans la course à la compétitivité.

 

Crédit photo : justgrimes – data (scrabble) / Flickr.com / Licence CC BY-SA 2.0

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !