Digital for all now

Cédric Messeguer, Digital Security : « Sans le soutien d’un grand groupe, nous aurions difficilement pu nous lancer »

Econocom 1 Juil 2015

L’Internet des Objets est une véritable révolution industrielle. Santé, logistique, domotique, smart city… Les objets connectés se multiplient, aussi bien dans nos vies professionnelles que dans la sphère privée et, selon les experts, on pourrait en compter plusieurs dizaines de milliards d’ici 2020. Ce déploiement massif ne doit pas se faire au détriment de la sécurité et ça, Cédric Messeguer l’a bien compris. Il y a quelques mois, l’ancien directeur commercial international de Telindus Belgacom ICT, s’est lancé dans l’aventure entrepreneuriale avec une idée en tête : mettre en place le premier CERT européen dédié à la sécurité des objets connectés et créer son entreprise, Digital Security. Pour faire aboutir ce projet ambitieux, l’entrepreneur a fait le choix de s’associer avec Econocom.

 

Quelles sont les qualités indispensables à un futur chef d’entreprise ? Quels sont les obstacles qui peuvent se dresser sur sa route ? Pourquoi choisir de s’associer avec un grand groupe ? Nous avons interrogé Cédric Messeguer sur son parcours atypique.

 

 

Avant de démarrer l’aventure Digital Security, Cédric Messeguer a développé son expertise autour de la sécurité des systèmes d’information chez Telindus, un spécialiste des télécommunications qui a longtemps appartenu à Belgacom avant d’être racheté par Numericable.  Il y a un peu plus d’un an, cet ingénieur de formation a décidé de quitter son poste. Trois choix se sont alors offerts à lui : chercher une nouvelle activité salariale, devenir auto-entrepreneur ou faire le choix plus ambitieux de l’entrepreneuriat. Sa décision est rapidement prise : en mars 2015, il lance Digital Security, avec le soutien du groupe Econocom.

 

 

un concept abouti pour Un marché prometteur

 

A l’heure où le secteur des objets connectés et de l’IoT, Internet of Things, connaît une véritable explosion, Cédric Messeguer a réuni autour de lui un groupe d’experts du secteur. Tous se sont alors accordés sur un point : si les objets connectés se multiplient, la réflexion sur leur sécurité est quasi inexistante.

 

C’est ainsi qu’est née l’idée de mettre en place le premier CERT (Computer Emergency Response Team) européen dédié à la sécurité des objets connectés. Objectifs de ces spécialistes de la cybersécurité ? Mettre à disposition leurs compétences pour répondre aux incidents de sécurité auxquels peuvent être confrontés leurs clients, faire de la veille sur l’actualité du secteur des objets connectés et partager des informations avec d’autres CERT, partout dans le monde. Officiellement lancée le 17 juin, Digital Security accueillera une dizaine de collaborateurs d’ici septembre.

 

 

« Pour devenir entrepreneur, il faut avoir une vision »

 

Pour Cédric Messeguer, tous les indicateurs sont au vert : grâce à la force de frappe commerciale du groupe Econocom, les premiers clients sont déjà au rendez-vous. Pourtant, le parcours ne s’est pas fait sans embuches et le constat est sans appel : se lancer dans l’entrepreneuriat nécessite de la volonté et une confiance forte dans l’idée et le concept portés.

Démarches administratives qui s’enchaînent, multiplication des aléas liés à la versatilité du marché, la création d’une entreprise exige n’est pas un long fleuve tranquille et, dans un marché toujours plus concurrentiel, l’accompagnement et le soutien d’un mentor, investisseur ou grand groupe, peuvent s’avérer précieux.

 

 

 

 

Allier la souplesse d’une start-up et la logistique d’un grand groupe

 

Dans le cas de Digital Security, le choix d’une association avec Econocom est venu assez naturellement. Parmi les sociétés avec lesquelles Cédric Messeguer a pris contact, c’est la seule qui lui a proposé un partenariat sur-mesure, dans lequel l’équilibre entre soutien et autonomie s’adapte parfaitement aux besoins de l’entrepreneur.

Au-delà du seul financement, sans l’accompagnement du groupe, le lancement de l’activité de Cédric Messeguer aurait été compromis puisqu’elle exige l’embauche rapide de collaborateurs spécialisés ainsi que des locaux et un laboratoire… et donc des fonds assez conséquents.

 

 

Le partenariat entre Digital Security et Econocom est prévu pour s’inscrire dans la durée. Là où le groupe peut apporter une puissance de frappe commerciale et des moyens financiers indispensables à une croissance rapide, la start-up apporte agilité et capacité d’innovation… Alors, jeunes pousses et grands groupes, un mariage réussi ? Pour Digital Security, pas de doute, la réponse est OUI !

 

 

A lire aussi :

–  Jean-Louis Bouchard : « Il y a énormément d’avantages à lancer sa start-up en France »

Daniel Jarjoura : « Les entreprises doivent s’ouvrir aux start-ups et à leur capacité d’innovation pour s’en sortir »

Gary Shapiro : « La France devient un phare pour l’innovation en Europe »

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !