Digital for all now

Cit’Ease de GDF SUEZ : « Accompagner les villes dans la transformation numérique de leur territoire »

Econocom 23 Avr 2015

Eau, déchets, énergie, flux de trafic… Les villes génèrent chaque jour des centaines et des centaines de données. Centraliser, connecter et donner du sens à ces datas est devenu un véritable levier de développement et d’attractivité pour les agglomérations. Fort de son expérience de délégataire de services publics, GDF SUEZ a lancé Cit’Ease, une plateforme d’aide au pilotage de ces données, destinée aussi bien aux élus qu’aux services municipaux ou aux citoyens.

A l’occasion du Forum Jeunes Femmes et numérique, nous avons pu poser quelques questions à Nathalie Allegret, en charge du projet Cit’Ease.

 

CIT’EASE, Un outil collaboratif qui facilite la ville

Avec la multiplication des objets connectés, nos villes produisent des datas en permanence. Problème : ces données n’utilisent pas les mêmes formats ni les mêmes protocoles et ne sont pas destinées aux mêmes supports. L’idée de GDF SUEZ ? Les rassembler afin de les transformer en informations véritablement utiles. Nathalie Allegret explique :

 « GDF SUEZ est un délégateur de services publics depuis de nombreuses années. Nous accompagnons les villes depuis très longtemps sur la distribution de gaz et d’eau, sur la gestion des déchets et de l’éclairage public ou même sur des questions de mobilité. Aujourd’hui, notre volonté, c’est de les accompagner dans la transformation numérique de leur territoire.» 

Le groupe a donc imaginé Cit’Ease, un tableau de bord interactif et global, qui rassemble tout ce qu’il est possible de savoir à l’échelle du territoire. Les données viennent à la fois des capteurs installés par les opérateurs d’énergie, d’eau et de déchets, des systèmes d’information des villes et de l’open data (données météo, cartographie, démographie, statistiques INSEE…). Au-delà de la mission de collecte, Cit’Ease favorise les interactions entre les différents réseaux pour donner du sens et de la valeur ajoutée aux datas. Prenons l’exemple concret des boucles de comptage qui, positionnées sur les routes, permettent de recueillir des données sur le trafic routier. Connectées aux feux de circulation ou à l’éclairage public,  ces datas collectées sur les routes peuvent devenir interactives, intelligentes et utiles :

« Cit’Ease est un outil digital à destination des élus, créé pour qu’ils puissent suivre la performance de leur ville grâce à un certain nombre d’indicateurs. Ils peuvent ensuite comparer cette performance à leurs objectifs électoraux et communiquer auprès des citoyens sur l’atteinte de leurs engagements. »

 

Une plateforme créée pour les élus, les services municipaux et les citoyens

Cit’Ease recueille également les données fournies par les habitants eux-mêmes. Grâce à une application qui leur est destinée, ces derniers ont la possibilité d’émettre des suggestions ou échanger sur des sujets relatifs à la ville : horaires de déclenchement de l’éclairage public, accessibilité des chaussées… Ils profitent aussi de nombreuses fonctionnalités. Imaginons par exemple qu’un habitant constate une fuite d’eau dans son quartier. Avec un « connecteur  de données » comme Cit’Ease, en un coup de fil, il peut à la fois informer les travaux publics, alerter les autres habitants et prévenir le responsable du trafic pour mettre en place une déviation. Et les domaines couverts par Cit’Ease ne s’arrêtent pas aux activités historiques de GDF SUEZ :

« Le projet concerne tous les domaines de la ville : l’énergie, l’eau, les déchets, l’éclairage public ou la mobilité qui sont des métiers GDF SUEZ. Mais nous allons aussi sur des métiers qui ne sont pas les nôtres comme la culture, l’éducation ou le sport. » 

Pour cela, le géant de l’énergie s’appuie sur un écosystème efficace, détaillé par Nathalie Allegret :

« Cit’Ease est développé en interne par GDF SUEZ avec des start-ups qui peuvent apporter des briques qui seront différentes d’un territoire à l’autre puisque nous cherchons à promouvoir les start-ups locales. Nous travaillons aussi avec des PME ou des entreprises référentes dans leur domaine. »

En offrant une meilleure connaissance des données générées par la ville, Cit’Ease permet aux élus d’avoir une vision globale qui les aide à engager les bonnes actions puisque la plateforme met en avant les performances de la ville mais aussi d’éventuels dysfonctionnements.

 Cit'Ease de GDF SUEZ

Aider les villes à ouvrir et organiser leurs datas

« Aujourd’hui, toutes les villes de plus de 3 500 habitants sont face à une obligation de mettre à disposition leurs données en open data. Face à cette problématique, les plus petites – et cela représente un grand nombre de communes – se sentent un peu démunies. Du coup, nous essayons de les accompagner à la fois à collecter des données et à organiser les données qu’elles ont déjà. »

La solution de GDF SUEZ n’est en effet pas uniquement destinée aux grosses agglomérations mais s’adresse aux communes de toutes tailles, comme le décrit Nathalie Allegret :

« GDF SUEZ accompagne toutes les villes dans leur transformation numérique, même les plus petites. On ne veut laisser personne de côté. C’est une question d’équité : un citoyen, qu’il habite dans une petite ou grande ville doit pouvoir profiter du même niveau de service numérique ».

Pour déployer sa solution, le groupe mise sur sa proximité avec les collectivités :

« Nous sommes déjà en lien avec les communes grâce à nos métiers historiques. Alors, quand nous sentons une appétence vis-à-vis du numérique, nous en profitons pour présenter Cit’Ease. En général, l’approche plait énormément car les villes se sentent un peu perdues face à la question du numérique. Pour la plupart, elles sont contentes qu’un acteur de confiance anciennement public comme Gaz de France puisse les accompagner sur le sujet. »

A l’heure actuelle, Mulhouse est la première ville à bénéficier d’une plateforme entièrement fonctionnelle mais d’autres projets sont en cours de concrétisation un peu partout en France.

 

Vers une ville entièrement connectée ?

Les problématiques concernant les villes intelligentes vont plus loin que le seul pilotage de données. Aujourd’hui, les avancées technologiques nous promettent des villes rationnelles, durables et totalement sécurisée. Certaines métropoles, comme Amsterdam, sont déjà bardées de capteurs et utilisent la précision du numérique pour optimiser les ressources et améliorer la vie des citoyens.

Dans le documentaire Les villes du futur – Les villes intelligentes de Jean-Christophe Ribot diffusé il y a quelques mois sur Arte, Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation pour l’Internet Nouvelle Génération  partage sa vision de la ville connectée :

«  Derrière cette vision de la smart city, il y a cette idée vraiment juste qui veut qu’il y ait énormément d’informations dans la ville, autour de la ville, produites par la ville, et qu’on peut en tirer beaucoup de choses qui pourraient nous aider à mieux la comprendre, mieux l’organiser, mieux la vivre. »

Croisées et analysées, les données collectées par les capteurs urbains nous permettent de mieux comprendre la complexité de la ville. Grâce au numérique, les communes peuvent dès aujourd’hui gérer leurs ressources de façon optimale et se préparer aux mutations de demain… Digital for all dans nos villes… NOW!

 

 

Pour aller plus loin :

Laurent Kocher de Keolis : « Le travail en open source avec les voyageurs nous permet d’améliorer nos services dans la ville »

Smart City : Des capteurs, des données… et surtout des hommes

Transports et smart grids : les grands chantiers de la smart city

 

Crédit photo : Lloyd Lee – Paris Tilt Shift, Montparnasse / Flickr.com / Licence CC BY-NC-SA 2.0

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !