Digital for all now

Ecole digitale : une révolution technologique ou pédagogique ?

Econocom 28 Jan 2015

Lancée le 20 janvier 2015 par le ministère de l’Éducation, une concertation nationale se tiendra jusqu’au 9 mars prochain via une plate-forme en ligne, afin de recueillir les avis de la communauté éducative, de ses partenaires et des citoyens sur l’avenir du numérique à l’école. 

 

 

« Faire entrer l’École dans l’ère du numérique », c’est l’engagement pris par François Hollande lors de l’émission télévisée « avec les Français » en novembre 2014. La « concertation nationale » ouverte par le ministère de l’Éducation du 20 janvier au 9 mars, sur le modèle de la grande consultation numérique lancée le 4 octobre, doit permettre de « formuler des propositions concrètes en matière de numérique ».

 

Définir des recommandations sur les principales mesures législatives et stratégiques à mettre en oeuvre.

 

Le site web dédié à la concertation rassemble de nombreuses informations : pour chaque thème, une présentation s’accompagne de chiffres clés, de documents à consulter, d’articles, d’exemples concrets d’initiatives locales, permettant à chacun de s’emparer du sujet. Jusqu’au 9 mars, un questionnaire recueillera le témoignage des acteurs de l’école (élèves, professeurs, collectivités territoriales, parents, associations ou entreprises partenaires de l’école). Un forum thématique propose de continuer la réflexion.

 

Une synthèse des contributions sera réalisée à la fin de la consultation et servira de « base de réflexion pour définir des recommandations » sur les principales mesures législatives et stratégiques à mettre en oeuvre.

 

 

TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES EN CLASSE : IL EST D’ABORD QUESTION DE PÉDAGOGIE

 

 

Initiative salutaire puisqu’on observe que le numérique peine à s’imposer en classe. Les enquêtes nationales et académiques montrent que « seulement 10 % des enseignants organisent des séquences pédagogiques s’appuyant sur la manipulation d’outils numériques par les élèves ». Dans l’éducation, l’approche du numérique a jusqu’ici été fortement technologique et ne semble pas avoir réellement influencé les pédagogies mises en œuvre.

 

 

Dans l’éducation, l’approche du numérique a jusqu’ici été fortement technologique et ne semble pas avoir réellement influencé les pratiques pédagogiques.

 

 

Une étude parue en décembre 2014 dans la Revue internationale d’éducation de Sèvres (RIES) apporte un éclairage international susceptible de nourrir la réflexion française. Cette étude révèle que les pays qui intègrent le mieux le numérique dans l’éducation « sont ceux où l’on a abordé cette question sous l’angle de la pédagogie, sans hésiter à remettre en question le fonctionnement du système éducatif ». Plutôt que d’ « employer une technologie à tout prix », il faut « laisser la pédagogie s’enrichir par la technologie ».

 

 

Plutôt que d’ « employer une technologie à tout prix », il faut « laisser la pédagogie s’enrichir par la technologie ».

 

Le numérique doit être un relais de transmission et d’intégration de compétences, comme pour la classe de Monique Argoualc’h, enseignante en classe relais qui fait intervenir ses élèves en tant que formateurs aux outils numériques auprès de personnes âgées : l’outil est un support de valorisation d’un savoir existant, et une matrice pour la constitution du réseau d’apprentissage.

 

 

GÉNÉRATION MULTIMÉDIA, VERS UNE REDÉFINITION DE LA MISSION DE L’ÉCOLE ?

 

L’évolution des savoirs est palpable, « dans chaque discipline, les connaissances et les processus sont transformés » : face à l’apparition permanente de nouveaux savoirs dont l’école n’est plus le seul dépositaire, il faut désormais « apprendre à apprendre ». L’étude montre qu’il faut « préparer l’élève au savoir et compétences de demain ». Privilégiant traditionnellement des apprentissages individuels, l’école est confrontée à une société nécessitant des compétences collectives et cette dimension doit être prise en compte par les systèmes éducatifs.

 

La diversité des contributions publiées par la RIES a permis de dresser un premier constat : si les jeunes générations s’emparent sans difficulté du numérique pour développer un rapport nouveau à l’information et entre pairs, l’école embrasse plus difficilement le mouvement.

Si les jeunes générations s’emparent sans difficulté du numérique pour développer un rapport nouveau à l’information et entre pairs, l’école embrasse plus difficilement le mouvement.

Une seconde observation mesure « la nécessité d’une approche équilibrée entre équipements et infrastructures, contenus numériques, développement professionnel des enseignants et vision de l’établissement ».

 

 

Enfin, même si l’État a un rôle central à jouer, la transformation numérique – qui comprend la formation des enseignants à ses enjeux et le développement d’une pédagogie adaptée  – se fait à l’échelle de l’établissement scolaire. C’est là que peut s’appliquer la notion d’empowerment des acteurs locaux.

 

 

En conclusion, il apparaît que l’école doit assumer sa mission première : l’accès à l’éducation pour tous, l’égalité devant l’accès au savoir. C’est à l’école que l’on doit apprendre à utiliser les réseaux, se prémunir des hoax, savoir classer l’information, c’est elle qui doit « organiser l’interaction entre l’élève, le savoir et l’enseignant ».

 

Une révolution lente et profonde que la technologie devra accompagner.

 

Le numérique est un outil qui induit des transformations profondes, et les enjeux de son intégration à l’école sont fondamentaux. Cette évolution touche les savoirs, les compétences, les pédagogies, mais surtout la mission de l’école et l’exercice du métier d’enseignant.

 

 

Crédits photo : Brad Flickinger (Flickr, licence CC by 2.0)

 

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !