Digital for all now

Jean-Louis Missika : une « smart mairie » pour une « smart city »

Jean-Louis Missika 25 Nov 2014

Le « digital for all now » s’est progressivement imposé comme une évidence à la mairie de Paris. De la co-création entre directions à la co-gouvernance avec les citoyens, la Ville de Paris s’emploie à faire du numérique un levier de performance pour des politiques publiques innovantes. Car pour faire de la capitale française un modèle de ville intelligente, il est impératif qu’elle s’organise et qu’elle pense de manière agile. Un chantier auquel se dédie Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé de l’urbanisme, de l’architecture, du développement économique et de l’attractivité. Rencontre.

 

Briser les silos et lutter contre l’aversion au risque

 

« La révolution numérique concerne toutes les activités humaines, affirme Jean-Louis Missika. Il faut comprendre comment diffuser le numérique, y compris dans les secteurs plus traditionnels. »

 

Et c’est là toute la mission que mène la cellule « smart city » au Secrétariat Général de la Mairie de Paris : stimuler l’innovation digitale pour une plus grande flexibilité. Un chantier important qui commence par lever les freins propres au fonctionnement de l’administration :

 

 

« Différents éléments entravent notre capacité à innover et à nous numériser. La logique de silos ainsi que l’aversion au risque nous ralentissent. Même si la culture de l’innovation s’est bien déployée dans la ville, on constate une certaine réticence chez les agents publics à l’idée de travailler avec des start-ups dont on ne connait pas la durée de vie. Mais au fur et à mesure que les grands groupes se convertissent à l’innovation ouverte (notamment grâce à des partenariats avec des laboratoires de recherche, des PME etc.) cette culture d’innovation ouverte se diffuse dans l’administration. Nous ne sommes plus au stade où nous étions il y a une dizaine d’années : L’expérimentation est devenue une habitude à la mairie. »

 

Une équipe au service d’une ville ouverte, connectée et ingénieuse

 

Pour mener sa révolution, Anne Hidalgo a donc mis en place une équipe dédiée :

 

« Nous avons créé une cellule « ville intelligente » auprès du secrétaire général de la ville, parce que nous considérons qu’il faut créer un lieu qui soit un accélérateur de projets. Il nous fallait également une équipe qui soit capable de casser la logique verticale de l’administration de la ville, car il est nécessaire de lier non seulement les directions au sein de la mairie, mais aussi de les faire dialoguer avec les différents réseaux de compétences. Cette partie organisationnelle est fondamentale pour que nous puissions travailler efficacement et rapidement sur les différentes composantes de la ville intelligente. »

 

Un travail qui impose une culture de l’échange afin de faire évoluer les mentalités :

 

« Nous sommes dans le dialogue. Nous mettons en place des ateliers où toutes les parties prenantes sont conviées. Nous créons aussi des outils participatifs, comme pour le budget par exemple, ou encore par une plateforme de discussion pour le plan local d’urbanisme. C’est une nouvelle culture démocratique qui doit se développer. L’objectif étant de développer les trois piliers de la ville intelligente : une ville ouverte, connectée et ingénieuse. »

Des applications dans une logique d’empowerment

 

Une ville qui doit être équipée, notamment avec des réseaux performants, mais qui doit aussi solliciter l’avis des citoyens comme le rappelle l’adjoint à la maire de Paris :

 

« La Ville de Paris doit entrer dans une logique de co-gouvernance avec la population pour faire des citadins des acteurs de cette ville intelligente. Le « digital for all now » correspond bien au concept de ville plateforme, c’est-à-dire qu’une ville ne doit pas « faire » mais « aider les autres à faire », notamment via des applications numériques, comme l’application DansMaRue que je vous invite à découvrir. Nous devons être des facilitateurs, des accélérateurs mais aussi faire connaître tous ces services numériques et numériser les services administratifs pour que les citoyens puissent faire leurs démarches depuis chez eux. »

 

Un empowerment innovant qui impose encore une fois Paris comme un leader européen en matière d’innovation !

Photo : Hôtel de Ville par Jean-Louis Zimmermann, licence CC BY-SA 2.0

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !