Digital for all now

Magic Makers : En apprenant à coder, les enfants deviennent de véritables innovateurs !

Econocom 5 Fév 2016

Mettre le code et la technologie à la portée des plus jeunes ? C’est l’objectif de Magic Makers, une start-up dont Econocom est partenaire. Grâce à des stages et à des ateliers hebdomadaires, les enfants peuvent s’approprier progressivement la programmation et apprendre à concevoir des objets connectés intelligents. Des tiny makers (à partir de 6 ans) aux teens (12 ans et plus), tous inventent, explorent et s’amusent autour de langage comme Scratch, imaginé pour les enfants par les chercheurs du MIT, ou même Python.

 

Lundi 1er février, Claude Terosier, co-fondatrice et directrice de Magic Makers, était l’invitée de l’émission Tech & Co sur BFM Business… L’occasion d’expliquer comment elle aide les jeunes générations à devenir de véritables « digital makers ».

 

 

La programmation ? un jeu d’enfant !

« Le jouet le plus désirable à la maison, c’est l’ordinateur… Et, quand on donne aux enfants la possibilité de créer avec un ordinateur, ils trouvent ça extraordinaire ! »

 

Et si apprendre la logique de la programmation était facile ? Pendant les ateliers Magic Makers, tout est fait pour rendre cet apprentissage ludique et motivant. Grâce à des petites briques similaires à des Lego additionnées de moteurs et de capteurs, les littleBits, les enfants peuvent s’initier à l’IoT et construire leurs premiers objets connectés, comme par exemple une petite voiture motorisée capable de détecter les murs pour s’arrêter quand elle arrive à leur proximité. Comme l’explique Claude Terosier au micro de Sébastien Couasnon :

 

« Pour un enfant, c’est extrêmement important de comprendre qu’il peut programmer, et donc rendre intelligents, les objets qu’il manipule. »

 

Pour les plus grands, c’est atelier Arduino, une plateforme de prototypage électronique qui leur permet, entre autres, de construire des lampes équipées des capteurs qui les font s’allumer quand quelqu’un pénètre dans la pièce.

 

« Ce qu’on espère, c’est que les enfants deviennent des innovateurs, c’est-à-dire des gens qui ont compris que c’est en expérimentant qu’on trouve des solutions. »

 

 

Une culture du code pour davantage d’« Empowerment »

 

Selon Claude Terosier, les parents qui amènent leurs enfants chez Magic Makers sont ceux qui se sont rendu compte que le monde était devenu numérique… Et que toutes les activités humaines s’appuyaient désormais sur des programmes informatiques.

 

« Tous les porteurs de projets doivent coder à un moment ou un autre… ou, sinon, le faire faire par quelqu’un d’autre. L’enjeu de Magic Makers n’est pas que tous les enfants deviennent des développeurs, mais de donner une culture générale du code. En fait, en voyant un ordinateur, l’enfant doit pouvoir se dire qu’il peut lui faire faire tout ce qu’il veut ! »

 

>>> A lire aussi  : Le coding, nouvelle activité tendance chez les enfants <<<

 

développeurs en culottes courtes

 

A la rentrée 2016, la programmation sera intégrée aux programmes scolaires à partir de la cinquième. Et, dès le primaire, les professeurs seront encouragés à faire des activités – avec ou sans ordinateur – qui préparent le terrain à la « pensée informatique », c’est-à-dire une façon de réfléchir permettant de bien structurer son raisonnement pour ensuite le faire exécuter par des machines.

 

« Si l’on veut que tous les enfants soient familiarisés avec le code, les personnes qu’il faut former, ce sont avant tout les professeurs et les animateurs du périscolaire… Or, aujourd’hui, ce sont les adultes qui sont démunis par rapport à l’informatique et ce qu’il est possible de faire avec. »

 

La réponse de Magic Makers ? La création de Class’Code, un projet mené avec l’Inria et Open classrooms qui vise à mettre à disposition des personnels scolaires la pédagogie innovante développée par la start-up afin qu’ils puissent eux aussi apprendre à coder et à transmettre leurs connaissances aux enfants.

 

=> Retrouvez l’émission en intégralité sur le site de BFM Business

 

 

A lire aussi :

Mathieu Jeandron, Direction du Numérique pour l’Éducation – Pour faire entrer le numérique à l’Ecole, tout le monde doit avancer en même temps

#Twittclasses, #Twittérature, #FrenchTeach… Ça bouge du côté des enseignants !

Yves Le Saout – Des tablettes pour développer de nouvelles approches pédagogiques au collège et au lycée

Didier Siran – Avec le numérique, les élèves sont contents de venir en classe !

 

Crédit photo : Ultra-lab / Flickr.com / Licence CC BY-SA 2.0

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !