Digital for all now

Numérique à l’Ecole, la Seine-Saint-Denis en première ligne (1/2) : Stéphane Troussel

Stéphane Troussel 21 Août 2014

Ecoliers, collégiens, lycéens… en cette rentrée 2014, ils sont des milliers à se lancer dans les cours optionnels de code informatique et à tester les équipements numériques les plus innovants au sein même de leurs classes. En effet, les jeunes Français sont au cœur d’une stratégie de refondation de l’École.

Stéphane Troussel, jeune président du conseil général de Seine-Saint-Denis (il a quarante-quatre ans), inaugure cette année douze collèges « tout numérique » au sein du territoire le plus défavorisé de France. Une méthode de rénovation de l’Ecole de la République qui pourrait bien s’étendre à l’ensemble du pays… Explications.

 

« L’éducation, notre première priorité »

Rendre l’éducation accessible à tous pour, notamment, corriger les inégalités économiques et sociales, telle est la mission de l’École de la République. Un droit dont bénéficie tout  citoyen et un devoir du Gouvernement, qui a lancé un « grand plan du numérique à l’École ». Le chef de l’Etat lui-même s’est engagé, déclarant dans son discours du 14 juillet que la France devait être « exemplaire sur le numérique à l’école ».

Certains territoires, comme celui de la Seine-Saint-Denis, redoublent d’efforts pour se hisser au plus haut niveau en matière d’équipement dans l’Hexagone. Il y a du travail : la France a  été mise à l’index par l’enquête PISA pour son retard par rapport aux autres pays d’Europe.

Pour Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, dont l’une des compétences obligatoires est la prise en charge des collèges du département  qui compte le plus de familles vivant sous le seuil de pauvreté, ce constat impose du volontarisme et de l’action politique :

« L’Éducation est notre première priorité. Avec les retards en matière  de bâtiment et d’équipement, on a considéré qu’on avait besoin de remettre à niveau un certain nombre d’établissements. D’où le Plan Exceptionnel d’Investissement (PEI) engagé en 2010, pour construire ou remettre à niveau des collèges et redonner confiance en l’Ecole de la République ».

Le Conseil général de Seine-Saint-Denis bénéficie d’« une force de frappe suffisamment forte pour dégager des moyens importants » : avec un budget de 700 millions d’euros d’investissement, l’action est en effet possible. En Seine-Saint-Denis, département le plus jeune de France où le nombre d’élèves augmente de manière exponentielle, il y a urgence. Comment Stéphane Troussel et ses équipes s’y sont-ils pris pour engager le changement ?

 

pav-ss-bois

 

Un « choc éducatif » pour faire entrer l’École dans le XXIème siècle 

« Au moment de construire ces établissements du troisième millénaire, nous souhaitions montrer qu’il fallait oser le pari du numérique. Nous voulions déclencher ce que nous avons appelé un « choc éducatif ».»

C’est donc avec 12 collèges « tout numérique » que le choc commence : des établissements de 600 élèves équipés de 400 PC, 200 tablettes, d’écrans dynamiques, d’imprimantes couleurs et même, pour certains, d’imprimantes 3D ! Stéphane Troussel n’entend pas s’arrêter là :

Pour que tous les collèges soient un jour dotés des mêmes moyens pédagogiques que ces établissements-pilotes, Stéphane Troussel et ses équipes anticipent les besoins pour s’y préparer au mieux et être capable d’agir vite :

La problématique éducative serait donc intimement liée à celle des infrastructures et des équipements. A ce sujet, là encore, notre digital maker a quelques idées…

 

Des pavés jusqu’au cloud, refondre un territoire par le numérique

Il s’agit donc bien de saisir tous les moyens qui permettent de traduire l’ambition politique en actes concrets. Une dynamique qui nécessite la mobilisation de tous les acteurs d’une collectivité territoriale et des services de l’Etat :

 « On ne fera pas réussir les enfants de la Seine-Saint-Denis si l’ensemble des adultes qui ont une responsabilité éducative ne partagent pas une ambition commune : il faut une École fonctionnelle, évolutive dans ses outils. Mais le nerf de la guerre, ce sont les moyens. L’enjeu des collectivités, c’est de trouver des façons de développer les investissements dans le numérique afin de ne pas limiter nos ambitions. L’Etat, j’en suis convaincu, a son rôle à jouer, il doit lui aussi nous aider à intervenir dans ce domaine. »

« Digital for all now » dans les collèges du département ? Ce plan Exceptionnel d’Investissement  en pose les bases en  offrant un très haut niveau d’équipement pour l’ensemble des collèges d’ici 2015.

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !