Digital for all now

Dans les coulisses de l’open innovation avec Pôle emploi

Econocom 9 Nov 2015

L’open innovation n’est pas réservée aux grands groupes du secteur privé ! En septembre 2014, Pôle emploi inaugurait son Lab, un lieu entièrement dédié à la co-innovation. Depuis, les projets s’y succèdent : c’est par exemple au Lab qu’est né l’Emploi Store, une plateforme numérique dédiée à la recherche d’emploi.

 

Jeudi 5 novembre 2015, le Lab Pôle emploi accueillait la finale de son challenge mobilité. Initié en juin 2015, ce hackathon mettait des porteurs d’idées – créatifs, développeurs, data scientists… – au défi de développer des projets autour de la mobilité des demandeurs d’emploi. A la clé pour les gagnants, un chèque de 5 000 euros et trois semaines d’incubation au sein du Lab. Un évènement qui a été pour nous l’occasion de découvrir ce lieu décalé.

 

>>> A lire aussi : Question digital, Pôle emploi ne chôme pas ! <<<

20151106-ChallengePE4

C’est à deux pas des abords animés du canal de l’Ourcq, dans le XIXe arrondissement de Paris que se trouve le Lab Pôle emploi. Le lieu se rapproche davantage d’un espace comme le NUMA que d’une agence Pôle emploi : les couleurs sont vives et la déco contemporaine et inattendue. Ici, tout est fait pour favoriser les échanges et dynamiser la créativité. En effet, cet « accélérateur de solutions » a été conçu avec un objectif : bousculer les modes de réflexion habituels. Lors des sessions Lab, les participants – conseillers Pôle emploi, recruteurs, start-ups, demandeurs d’emploi, ou même sociologues – sont incités à s’exprimer et à collaborer sur tous types de sujets.

 

 

« Toutes les idées sont bonnes à prendre »

 

« On ne vient pas ici avec sa fonction, explique Loïc Remaud, responsable du Lab, on vient pour partager ses idées, expériences et convictions. » Pendant les sessions, tout le monde peut prendre la parole sans que l’on sache nécessairement qui est qui. Pour ce spécialiste de l’innovation, c’est l’ensemble des regards apportés sur un sujet qui fait la richesse du collaboratif.

 

Concrètement, le Lab propose trois types de services. Le premier, c’est la co-conception flash, une véritable expérience d’idéation qui prend la forme d’ateliers accueillant jusqu’à 60 participants pour une durée allant d’une demi-journée à trois jours.

 

Autre type d’accompagnement : l’accélération de projets. Pendant 8 à 10 semaines, le Lab se concentre sur un sujet donné, en réunissant toutes les parties prenantes. C’est comme ça qu’a été conçu l’Emploi store : l’équipe du Lab a permis d’effectuer une captation très riche des besoins exprimés par les futurs usagers, collaborateurs et recruteurs. Les différents éléments de réflexion ont ensuite été transmis à la DSI. Sans cette souplesse et cette agilité, le même projet se serait sans doute étalé sur plusieurs mois.

 

Enfin, le Lab, c’est aussi un incubateur. En mars 2014, Pôle emploi a mis en  place une plateforme collaborative accessible à 53 000 collaborateurs. Depuis, près de 3 300 idées y ont été déposées et plus de 1 000 pratiques partagées. Des challenges y sont par ailleurs régulièrement organisés au niveau national, régional ou local. En février 2015, les collaborateurs ont ainsi pu échanger sur le thème « Souhaitez-vous devenir intrapreneur ? ». Un jury a ensuite sélectionné deux conseillers Pôle emploi et leur a offert l’opportunité de venir développer au Lab les idées qu’ils avaient soumises sur la plateforme !

 

 

L’enjeu : faire naitre l’intelligence collective

 

Le lieu a également été utilisé pour réfléchir au plan stratégique Pôle emploi 2020, « Ensemble, innovons pour l’emploi ». Il s’agissait pour les collaborateurs et usagers de travailler sur la compréhension et sur le portage du projet et de définir ce que pourrait être Pôle emploi dans quelques années, aussi bien en termes d’organisation que de parcours utilisateur. Pour améliorer le quotidien des conseillers, des « irritants » ont été identifiés, c’est-à-dire des points à régler pour pouvoir offrir un meilleur service. Les participants ont également réalisé des maquettes pour représenter ce à quoi pourrait ressembler l’agence Pôle emploi de demain.

20151106-ChallengePE2– Un exemple qui prouve qu’il est possible d’initier l’innovation avec peu de moyens mais beaucoup de créativité ! –

 

« En 10 minutes, on peut avoir une centaine d’idées ! »

Deux des cinq membres de l’équipe du Lab ont été formés pour gérer les groupes de participants et les aider à co-créer dans une ambiance à la fois ludique et intensive. Grâce à une méthode bien rôdée, tout est étudié pour favoriser la créativité : bande sonore, agencement de l’espace… Le Lab accueille également ponctuellement un « facilitateur graphique » qui a pour rôle d’illustrer ce qui se dit lors des sessions.

 

20151106-ChallengePE3– Illustrations de Nicolas Caruso –

 

Et ça fonctionne ! Lors de la finale du #Challenge PE, la démonstration était convaincante. Pendant les pitchs des finalistes, les bonnes idées se sont succédées. Et c’est finalement celle d’Nsight qui a été retenue. Pour soutenir leur concept d’application basée sur les compétences et savoir-être des candidats, les deux porteurs d’idée se sont vu remettre un chèque de 5 000 euros et offrir une incubation de trois semaines au sein du Lab.

 

20151106-ChallengePE7– Nsight, gagnants du #ChallengePE –

 

 

Avec son Lab, Pôle emploi dépoussière son image et fait émerger l’intelligence collective. Une démarche nécessaire dans un monde où tout va toujours plus vite et où il devient indispensable de se renouveler en permanence. Les entreprises l’ont bien compris et sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à s’ouvrir à l’écosystème et à mettre en place de nouvelles pratiques : n’hésitez pas à consulter notre série de portraits de CDO et responsables de l’innovation pour découvrir comment des entreprises comme BPCE, Renault, Pernod Ricard ou SEB gèrent leur transformation.

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !