Digital for all now

Quand la réalité virtuelle transforme la façon dont les architectes conçoivent des bâtiments

Econocom 2 Déc 2016

Explorer des bâtiments qui n’ont pas encore été construits, c’est possible grâce à la réalité virtuelle. Avec un casque Oculus Rift, HTC Vive ou même un Google Cardboard, les architectes et leurs clients peuvent s’immerger à l’intérieur d’un projet et visualiser à l’échelle 1 la hauteur de plafond, l’emplacement des fenêtres ou le rendu des différents matériaux. Explications avec Wired.

 

La réalité virtuelle est entrée dans notre vie : nous sommes de plus en plus nombreux à avoir entrevu les possibilités offertes par l’Oculus Rift, le PlayStation VR ou encore le Samsung Gear VR. Depuis plusieurs mois, les professionnels commencent à s’y intéresser eux aussi, notamment dans le secteur de l’immobilier. Dans ses agences connectées, Nexity propose ainsi à ses clients de visiter des biens sans se déplacer, grâce à un casque de réalité virtuelle (VR).

 

-> A lire aussi : Comment Nexity met le digital au service de sa transformation

 

 

Visite en 3D pour un Effet « waouh » assuré

 

Pour les architectes, cette immersion dans un univers en 3 dimensions, où les échelles des bâtiments sont respectées, permet de visualiser les projets au mieux tout en profitant d’une expérience plus vivante. Une fois à l’intérieur d’un bâtiment, il est possible de regarder ou de marcher dans toutes les directions, d’allumer ou d’éteindre la lumière et même de grimper des escaliers.

 

En mars 2015 déjà, Vincent Barué, co-fondateur de l’entreprise d’ingénierie numérique Foundation et spécialiste du BIM, nous confiait utiliser la réalité virtuelle pour permettre à ses clients de naviguer dans les maquettes à l’échelle 1 :

 

« En mettant le casque, ils sont immergés à l’intérieur du bâtiment et peuvent apprécier les hauteurs sous plafond, la réaction des matériaux à la lumière… Cela permet une véritable anticipation du niveau de confort et de fonctionnalité du projet, aussi bien lors de la conception que lors de la commercialisation. »

 

-> A lire aussi : Ingénierie numérique pour le bâtiment : « Il y a encore un an et demi, on nous prenait pour des fous »

 

Les programmes et applications permettant de transformer les fichiers de travail des architectes en réalité virtuelle (Revit d’Autodesk, par exemple) reposent souvent sur des moteurs de jeux vidéo, comme UnrealEngine ou Unity. Certaines entreprises vont même plus loin, comme Visual Vocal, spécialisée dans la « conversation immersive », qui permet aux architectes et à leurs clients d’explorer un projet simultanément.

 

-> A lire aussi : « Le BIM, ce n’est pas un logiciel, c’est une nouvelle manière de travailler » – Entretien avec Gwenael Bachelot d’Autodesk

 

 

bientôt indispensable pour les architectes ?

 

La plupart de ces solutions sont encore à un stade précoce de leur développement. Pourtant, elles ont déjà fait évoluer la manière dont les architectes partagent leurs travaux avec leurs clients, mais aussi la façon dont ils les conçoivent. La visualisation de leur projet en VR peut en effet les pousser à repenser complètement l’échelle d’un bâtiment ou à opter pour des matériaux différents. Les clients peuvent eux se laisser convaincre par une option auparavant jugée trop coûteuse après l’avoir vue en situation.

 

ZGF Architects a utilisé cette technologie sur près d’une cinquantaine de projets. Pour Simon Manning, spécialiste de la réalité virtuelle dans ce cabinet installé à Portland, une des forces de la VR est que tout le monde peut l’appréhender, instantanément :

 

« C’est un outil de communication fantastique pour tout le monde, qu’on soit capable de comprendre un dessin d’architecte ou non. »

 

Prochain défi à relever ? Convaincre l’ensemble des architectes et de leurs collaborateurs de chausser leurs lunettes de VR et de les utiliser régulièrement… Et faire ainsi évoluer la façon dont les projets sont conçus et partagés, pour aller vers des usages plus #Digitalforallnow !

 

-> Lire l’article dans son intégralité sur Wired (en anglais).

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !