Digital for all now

Retail et Big Data : chronique d’une course contre la montre

Econocom 25 Sep 2014

Le digital infuse tous les secteurs d’activité, y compris la vente, ses promesses sont naturellement au cœur du salon du e-commerce qui se déroule actuellement à Paris. Et elles se concrétisent déjà dans des projets innovants comme celui d’Editd, une plateforme qui permet aux vendeurs de mieux cerner leur marché et de gérer efficacement leur stock grâce au Big Data. Un projet aussi enthousiasmant que réformateur pour le retail, relayé dans un article du Guardian paru le 21 septembre dernier.

“Qu’ils soient en ligne ou physiques, les commerces ont tous de nouveaux produits chaque semaine, si ce n’est chaque jour. Ils ont donc besoin d’avoir une information précise sur ce qu’il faut commander” explique Edith Fowler, cofondatrice d’Editd, qui fournit en temps réel des aperçus sur les consommateurs, la concurrence et les stocks des entreprises.

Cette styliste de formation sait de quoi elle parle : à ses débuts dans l’industrie de la mode, le manque de données factuelles la conduisait souvent à regretter des décisions prises « au petit bonheur la chance » et non sur des métriques fiables. Une pratique risquée, à l’heure où le numérique impose une prise de décision rapide, agile.

 

Le Big Data, un enjeu stratégique pour les commerces

Selon elle, le numérique a renouvelé un secteur déjà très actif et impose de nouvelles méthodes de gestion aux professionnels, qui ont fait leurs preuves auprès de ses clients. Parmi ceux-ci, de grands sites d’e-commerce comme Asos, qui a vu son bénéfice augmenter de 37%.

“Nos clients sont aujourd’hui capables de passer du concept au magasin en moins de 3 semaines” affirme-elle.

Sur les réseaux sociaux comme Instagram par exemple, les tendances se réinventent d’une minute à l’autre. S’adapter à une demande si fluctuante demande donc une attention de chaque instant. Mais comment s’assurer, à une telle vitesse, que l’on prend les bonnes décisions pour son organisation ?

Avec des puces RFID sur les marchandises, “connectées” à des terminaux qui analysent sans cesse ses mouvements, la connaissance du stock en temps réel ne relève plus du miracle et les vendeurs, autonomes derrière leurs écrans, sont capables de réagir vite.
Dans la mode comme dans bien d’autres industries, le hasard a donc de moins en moins sa place. Et le tryptique « bon produit au bon moment grâce à la bonne information » pourrait redynamiser le commerce aujourd’hui.
A suivre…

 

Photo : Sealy Warehouse, photo par Mark Hunter, licence CC BY 2.0

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !