Digital for all now

L’intelligence artificielle médicale… C’est NOW !

Econocom 21 Déc 2015

Visiomed, société spécialisée dans l’imagerie médicale, vient de nouer un partenariat stratégique avec Medical Intelligence Service, un regroupement d’experts médicaux et techniques à l’origine de MEDVIR, un système révolutionnaire d’intelligence artificielle d’aide à la décision médicale. Déjà utilisé par SOS Médecins Paris et expérimenté auprès de 400 patients des urgences de l’hôpital Lariboisière à Paris, MEDVIR est arrivé au résultat spectaculaire de 83% de diagnostics exacts. Présentation de ce qui est bien plus qu’un calculateur de symptômes (« symptom checker »).

 

 

Comprendre comment raisonnent les médecins

 

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passait dans la tête d’un médecin lorsque vous venez pour une  consultation ? Le Dr Loïc Etienne, l’un des responsables du projet MEDVIR l’a décrypté  sur son blog.

 

Pour commencer, bien souvent, le médecin écoute une liste de symptômes qui, parfois, ressemble un peu à un inventaire à la Prévert. Son objectif à ce moment-là ? Vérifier qu’il n’y a pas un problème urgent nécessitant une action immédiate et trier les informations pour arriver à un nombre limité d’hypothèses. Pour cela, il hiérarchise les symptômes et travaille « en entonnoir » en posant des questions qui lui permettront de réduire au maximum les possibilités de diagnostic avant de passer à l’examen clinique.

 

Il est ensuite nécessaire de prendre une décision. Quand le diagnostic est certain ou très probable, c’est relativement facile. Mais, si aucune hypothèse fiable n’émerge, il est nécessaire de faire preuve d’intelligence pour déterminer l’attitude à tenir.

 

Pour Loïc Etienne et ses collaborateurs, comprendre et recréer le raisonnement des médecins en consultation a nécessité près de 25 années de recherche. La difficulté ? Travailler avec une logique floue, une logique qui permet de modéliser les imperfections des données pour se rapprocher toujours davantage du fonctionnement de la pensée humaine.

 

 

Un système expert intelligent qui fait office de « médecin virtuel »

 

MEDVIR – et e-docteur, sa déclinaison grand public – est aujourd’hui capable de poser des questions qui prennent en compte les réponses précédentes. Testé et validé par des médecins, il repose sur 150 symptômes et peut suspecter plus de 500 pathologies. Sa force ? Savoir séparer l’urgence de ce qui peut attendre une consultation différée. Mieux, grâce aux remontées que peuvent faire les patients à la suite du diagnostic réel posé par leur médecin, le système peut apprendre et évoluer en permanence.

 

 

Pour Loïc Etienne, on peut d’ores et déjà parler de médecine 3.0. Alors que la médecine 1.0 comprenait uniquement la relation médecin/patient, la médecine 2.0 incluait également  les réseaux sociaux dans la relation thérapeutique, les patients étant de plus en plus nombreux à s’y rendre en amont ou en aval des consultations (souvent pour le plus grand déplaisir des praticiens).

 

Avec la médecine 3.0, c’est un autre pas qui est franchi, puisqu’une machine – un système expert comme MEDVIR ou bien un objet connecté intelligent – vient s’introduire dans la relation et participer à la construction du savoir.

 

Alors, à l’heure où l’intelligence artificielle fait des progrès toujours plus rapides et où la santé connectée est en plein essor, pourra-t-on bientôt se passer médecin ? Pas vraiment. Même si les solutions de santé 3.0 sont déjà présentes sur le marché, il est bien sûr hors de question de remplacer le savoir-faire du praticien, mais plutôt de faire évoluer sa pratique quotidienne.

 

 

A lire aussi :

 

Quand la réalité augmentée permet de faciliter le travail des chirurgiens

Programme SI-Samu : Urgence sur le digital !

 

 

Crédit photo : Torange.us / Licence CC BY 4.0

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !