Digital for all now

Santé – Le meilleur des mondes avec les Big Data ?

Econocom 28 Oct 2014

Les Big Data, ces masses de données produites et analysées en temps réel avec les équipements digitaux les plus puissants, sont pleines de promesses pour le secteur de la santé. Stockées dans le cloud, elles pourraient permettre de prévoir l’évolution de l’état de santé d’un individu, de cartographier des foyers de maladies, d’anticiper des épidémies… Plus prosaïquement, c’est dans la réduction des dépenses par la détection des comportements à risque ou frauduleux de certains patients que les Big Data se sont tout récemment distinguées aux Etats-Unis. Mais attention : « de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités » !

 

La collecte d’une grande masse de données par les organisations est aujourd’hui courante voire automatique. Pour autant, peu nombreuses sont celles qui se sont dotées d’équipements et logiciels suffisamment puissants et sécurisés pour traiter ce « nouvel or noir ».
Pro BTP, un organisme de protection sociale qui assure notamment des prestations de complémentaire santé, a passé le cap et mis en place un système de qualification des demandes en temps réel et définissant les modalités de leur traitement. Objectif : réduire les coûts, en détectant les fraudes en amont. Les évaluations préalables à la mise en place de son système ont chiffré à 14 millions d’euros les économies qui seraient ainsi réalisées pour le seul domaine des remboursements de soins optiques et dentaires.

econocom_210millions

Une prouesse sur laquelle ne cracheraient pas les parlementaires qui examinent actuellement le projet de loi de financement de la sécurité sociale ! Aux Etats-Unis, ce sont 210 millions de dollars d’économies qui auraient été réalisées grâce à l’utilisation des Big Data dans la lutte contre la fraude au système de santé public…
Au-delà de l’aspect économique, le potentiel des Big Data pour la santé publique sont telles que la société civile se mobilise actuellement pour obtenir l’ouverture des données publiques en la matière. Attention toutefois : aussi prometteur soit le chantier, l’enthousiasme et la mobilisation ne suffiront pas.

 

Dans la santé, la sécurité des données doit être une obsession

Car l’enjeu sécuritaire est immense, aucune faille dans le cloud (qui permet de collecter et traiter les données) ne peut être envisageable sur un domaine aussi sensible. Et si l’ouverture des données de consommation de médicaments pourrait, par exemple, servir à l’identification de pratiques de surconsommation ou de prescriptions dangereuses, leur utilisation par des tiers mal intentionnés représente aussi un danger immense – qui n’a rien d’un fantasme.

 

La digitalisation des informations de santé ne peut et ne doit se faire qu’avec des partenaires à la fiabilité 100% éprouvée. Cet impératif, nous l’avons pleinement intégré dans nos partenariats avec des hôpitaux : la transmission de données sensibles est assurée par des protocoles aussi pointus que minutieusement protégés.

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !