Digital for all now

Sarah Besnaïnou : et si un cartable en ligne permettait à l’éducation de faire sa révolution?

Sarah Besnaïnou 8 Sep 2014

A mi-chemin entre un guide pédagogique, un Bescherelle et un manuel scolaire numérique, Kartable.fr connaît aujourd’hui un succès phénoménal : 1 élève français sur 10 fréquente le site. Officiellement lancée en septembre 2013 par Sarah Besnaïnou et Julien Cohen-Solal, deux anciens élèves de HEC passionnés de Web et d’éducation, cette encyclopédie scolaire en ligne a même enregistré 900 000 visites en juin dernier, juste avant le Baccalauréat. Alors si l’utilisation des tablettes en classe ne concerne encore qu’un faible pourcentage des élèves de l’Hexagone, notamment pour des raisons budgétaires, les plateformes éducatives en ligne gratuites peuvent de leur côté, rendre de précieux services à l’éducation. Rencontre avec la jeune entrepreneure, Sarah Besnaïnou.

 

Un portail de référence en matière de contenu éducatif

« L’aventure a commencé il y a 3 ans alors que j’étais professeure de mathématiques dans un programme de soutien scolaire, raconte Sarah. Julien est venu me chercher. Il s’était déjà lancé dans la création d’un site internet de cours de mathématiques gratuit pour des lycéens. Et le succès était au rendez-vous ! »

C’est en constatant l’absence de plateforme gratuite répertoriant tous les programmes scolaires que l’idée a alors germé dans la tête des deux associés : agrémenter le site de Julien en proposant les programmes de toutes les autres matières étudiées au collège et au lycée.

« Le site comptait déjà de nombreuses visites, ajoute Sarah. Les témoignages étaient très positifs. Les visiteurs appréciaient d’avoir des contenus clairs et fiables sur un même support. »

Kartable.fr était né.

Kartable

Le numérique pour stimuler l’envie d’apprendre

A l’image d’une encyclopédie en ligne, le site propose toutes les matières selon le niveau souhaité. Tous les contenus sont classés en chapitres et des exercices corrigés sont proposés. Le site va encore plus loin et offre même, à l’image d’un enseignant, des méthodes pour s’organiser et des plannings de révision pour le Brevet des collèges et le Baccalauréat. Une véritable boîte à outils pour réussir son examen. Le travail peut commencer !

Pour les deux entrepreneurs, il était essentiel de fournir un service simple et intuitif pour permettre à chaque élève de s’y retrouver facilement :

« En trois clics, on peut maîtriser le site, c’est ce qui donne aussi envie de travailler. Il faut que le numérique stimule l’envie d’apprendre » affirme Sarah.

Mais loin de n’être destinée qu’aux étudiants, la plateforme se révèle aussi particulièrement utile pour les enseignants qui peuvent se servir des contenus pour étoffer leurs cours, et s’assurer une banque de ressources pédagogiques tout au long de l’année. Comme l’explique Sarah :

« L’objectif est de pouvoir disposer d’un outil de travail quotidien qui réponde aux attentes de tous les acteurs de l’Ecole. »

mac_book_air_scene

Des possibilités digitales d’apprentissage

Et en la matière, les enseignants ont beaucoup d’attentes, notamment lorsqu’ils voient de nouvelles pédagogies se développer dans les pays anglosaxons, comme celle de « la classe inversée » :

« Ils sont nombreux à vouloir éviter de dicter leur cours pour consacrer plus de temps en classe aux questions et à la compréhension ».

Moins de récitation pour plus de pédagogie ? Voilà la piste que semble pouvoir creuser Kartable. S’il n’est pas question mettre de côté livres et cahiers, le numérique révolutionne malgré tout l’enseignement. Sarah explique :

« Ces outils offrent des possibilités qu’on ne peut pas avoir avec des supports traditionnels comme le papier, en termes d’interactivité, de parcours pédagogiques et d’apprentissage. »

Et c’est d’ailleurs sur l’interactivité que se penche aujourd’hui l’équipe de Kartable, qui a récemment lancé différentes applications à destination des tablettes et smartphones pour préparer le Baccalauréat. L’objectif : s’adapter au mieux aux nouveaux usages digitaux des élèves.

 

Un projet pharaonique

Mais comment réussir à compiler tous ces savoirs et s’assurer le soutien des acteurs de l’éducation ? Si la collecte des contenus s’est avérée être un travail de titan, Sarah Besnaïnou affirme avoir pu compter sur l’enthousiasme d’une cinquantaine d’enseignants pour alimenter le site avec les programmes de tous les niveaux, toutes matières confondues.

« C’est un projet pharaonique. Il faut être simple, intuitif et exhaustif, affirme Sarah. L’Education Nationale a apprécié notre projet et a su reconnaître sa valeur. Ça a été très motivant. »

Mission réussie pour la start-up !

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !