Digital for all now

Séverin Marcombes : « Réinventer la philosophie du stockage pour faciliter le quotidien de milliers de personnes »

Séverin Marcombes 15 Sep 2014

Si vous doutiez encore de la puissance de l’innovation made in France, la petite start-up Lima va bien vite vous faire changer d’avis. En seulement deux mois, elle a réussi l’exploit de collecter 1,2 millions de dollars sur Kickstarter, la plateforme de financement participatif. Une belle performance pour les digital makers Severin Marcombes et Gawen Arab-Laffon, fondateurs de Lima, qui réinventent le stockage de données personnelles.
Alors que les « Big Data » sont annoncés comme le nouvel or noir du 21ème siècle, ce petit boîtier pourrait bien révolutionner le quotidien des organisations et des particuliers.

 

« Avant d’imaginer les technologies de demain, il faut optimiser l’utilisation de celles qui existent. »

Lima, c’est « un « cerveau » pour un disque dur externe », résume Séverin Marcombes. Ce petit boîtier électronique, de la taille d’une main, se branche à la fois sur une box internet et un disque dur externe. Véritable « mémoire de référence », ce dernier outil stocke toutes les données. ET grâce à la box ou au routeur, le Lima permet à différents appareils (ordinateurs, tablettes, smartphones…) de communiquer entre eux.

 

Le boitier fait ensuite le lien entre les différents outils, peu importe sa marque ou son système d’exploitation (OS), et s’assure que le contenu soit le même sur toutes les plateformes, quelle que soit leur taille. L’objectif : faciliter le quotidien des utilisateurs qui possèdent plusieurs supports et leur permettre d’utiliser efficacement les outils déjà en leur possession. Adieu, les problèmes d’interopérabilité !

Le système promet de fluidifier la circulation des informations au sein des organisations :

« Notre entreprise est 100% tournée vers l’objectif de rendre la technologie accessible à tous, raconte Séverin. Le Digital For All, c’est un peu ce qui nous caractérise. Et pour nous, ça se passe maintenant. Le Bluetooth a été créé en 1994 mais nous n’en utilisons tout le potentiel qu’aujourd’hui. Avant d’imaginer les technologies de demain, il faut optimiser l’utilisation de celles qui existent déjà. »

lima3

Une rupture avec 20 ans de philosophie et de pratique du stockage des données

C’est en observant les problèmes rencontrés par leur entourage que ces deux spécialistes en système embarqué ont inventé ce nouveau système :

« Nous sommes partis d’un constat : beaucoup de gens utilisent quotidiennement deux ordinateurs différents (un portable et un fixe). Or, les technologies actuelles ne nous permettent pas d’avoir les mêmes fichiers sur les deux. Pour nous, il fallait trouver une solution à ce problème. »

Le lecteur averti rétorquera qu’il existe déjà nombre de solutions pour transférer ses dossiers, personnels comme professionnels, d’un support à un autre. Du « bricolage » sous-optimal, selon les deux jeunes entrepreneurs :

« Nous ne voulions pas perdre du temps et de l’énergie à faire passer des documents d’une plateforme à une autre via des copier/coller sur des disques dur et clés USB, ni utiliser le cloud (espace dédié sur un serveur à distance) », raconte Séverin.

Les enjeux sont de taille. Alors que le « nuage » séduit de plus en plus de monde, l’hébergement des documents en ligne alimente régulièrement les débats quant à la protection des données personnelles. Avec Lima, l’utilisateur gère lui-même ses fichiers, sans passer par un – serveur – tiers. « On a changé la philosophie de ce qui se faisait depuis 20 ans en matière de stockage ! », s’exclame Séverin.

lima2

« Nous avons décidé de mettre un coup de pied dans la fourmilière »

Si le boîtier ne représente pas une révolution technologique en soi, le concept séduit : avec déjà 17 000 précommandes, 1,2 millions de dollars levés en ligne et 2,5 millions supplémentaires grâce au fond d’investissement Partech Venture, Lima est un véritable succès.

 

Mais le lancement du projet n’a pas été de tout repos. L’équipe de Lima a rencontré de nombreuses résistances, notamment au début de l’aventure. Premier objectif Séverin Marcombes : convaincre.

« Personne ne croyait véritablement au projet. Très souvent, on nous disait : « Il y a déjà le cloud, ça ne sert à rien de penser à faire autre chose ». Ce sont des réactions normales par rapport au monde dans lequel on vit. Mais nous avons décidé de mettre un coup de pied dans la fourmilière, il fallait persévérer. Et il y a aussi toujours des arguments à retourner contre ses détracteurs. »

Le premier d’entre eux : la protection des données personnelles. Car si l’on conseille régulièrement de stocker ses données dans le cloud pour pouvoir y accéder partout, cette pratique essuie régulièrement des critiques, notamment parce que l’on ignore la localisation des serveurs. Et c’est là l’un des grands avantages de la solution Lima, pour les organisations comme pour les particuliers : les données sont stockées sur un disque dur physique, dans les bureaux ou à domicile.

 

Lima, ou comment un simple boîtier peut-être un outil d’empowerment, qui rend chacun maître du destin de ses données…

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !