Digital for all now

Avec son offre de ski connecté, Rossignol suit la piste du Big Data

Econocom 13 Jan 2016

 En février 2016, la marque française de ski Rossignol commercialisera son tout premier objet connecté : un petit capteur à insérer dans le strap d’une chaussure de ski. Objectif : permettre aux skieurs d’obtenir des informations détaillées sur leur pratique sportive… Et à Rossignol de collecter des données précieuses sur ses clients ! En effet, ces données ultra-personnalisées seront injectées dans le logiciel de CRM de l’entreprise pour « transformer toute cette data en business ».

 

Le cœur de métier de Rossignol ? La fabrication de matériel de sport d’hiver… Une activité a priori bien éloignée des territoires numériques. Pour s’aventurer sur le terrain de l’Internet des objets, l’entreprise a donc choisi de s’associer avec PIQ. Créée en mai 2015, cette start-up suisse – qui a déjà levé 5,5 millions d’euros – digitalise les produits des grandes marques de sport. Elle a par exemple collaboré avec le fabricant d’articles de sport de raquette Babolat pour sortir un bracelet connecté destiné à mesurer les performances sportives. Cédric Mangaud co-fondateur et président de PIQ explique :

 

« Aujourd’hui, le running ne s’imagine plus sans objets ou applications connectés, il en sera de même pour le ski. »

 

 

un projet placé sous le signe de l’Open innovation

 

Interrogé par l’Usine Digitale, Damien Hars, responsable digital et e-commerce de Rossignol, évoque ce partenariat:

 

« L’électronique, les capteurs, c’est un métier à part entière et ce n’est pas le nôtre. Ce n’est pas un coup de poker lié à la rencontre avec PIQ, mais une action qui s’inscrit dans une stratégie digitale construite, qui consiste à se recentrer sur l’utilisateur final en enrichissant l’expérience autour de nos produits. »

 

Ce n’est pas la première fois de Rossignol s’ouvre à l’écosystème start-up. En novembre 2015, c’est avec la toute jeune pousse parisienne Move4More que l’entreprise a lancé Skiing Heros, une plateforme de motivation destinée à encourager et à récompenser la pratique du ski. Rossignol travaille également avec le CEA-Tech de Grenoble et Samsung pour inventer le ski du futur et développer des produits liés à la vidéo et à la réalité augmenté.

 

>>> A lire aussi : #OpenInno : Quelles clés pour réussir à innover ? <<<

 

 

Une stratégie digitale orientée client

 

Temps en l’air, dénivelé parcouru, vitesse… Les données récoltées grâce au capteur imaginé avec PIQ peuvent être visualisée dans Ski Pursuit, l’application de Rossignol. Le ski devient ainsi un sport social et connecté.

 

 

Pour Damian Hars, l’avantage est double : l’entreprise peut à la fois enrichir l’expérience client… et sa base de données:

 

« Cela nous permet d’avoir une connaissance très fine de nos clients, pour leur suggérer les produits les mieux adaptés à leur pratique. Nous avons une stratégie de fond basée sur la génération de données, comme outil d’aide à la vente. On va clairement vers le big data.»

 

Prochaine étape ? Peut-être la maintenance prédictive. Le responsable digital indique en effet avoir mis en place des groupes de travail pour réfléchir sur le sujet.

 

Le capteur connecté de Rossignol est d’ores et déjà disponible sur le site de vente en ligne de PIQ au prix de 149 euros.

 

 

A lire aussi :

Chez l’Oréal, l’open innovation fait resplendir la beauté connectée

Dans les coulisses de l’open innovation avec Pôle emploi

Avec son « 4G Kit for IoT », Orange encourage les makers à concevoir des objets connectés

 

Crédit photo : PIQ

Vous aussi prenez la parole et partagez avec nous votre histoire de Digital Maker !